Index de l'article

 

 

Planche Saint-Jean d’été 2017

 

Par notre TCF Orateur

Thomas B.

 

V.M et vous tous mes TTCCFF,

Ce soir est une St Jean bien particulière. C’est d’abord celle du 300e anniversaire marquant le célèbre banquet de la St Jean de 1717 et le vrai départ d’une maçonnerie écossaise qui prend vie en Angleterre, unissant les deux nations hier ennemies avec la création de la maçonnerie spéculative et institutionnelle.

Trois personnages historiques sont incontournables de cette épopée. Il y a tout d’abord Jean Théophile Désaguliers, qui prendra la grande maîtrise de la première alliance maçonnique. Bien sûr, le duc de

Montaigu qui est à ce moment le noble le plus influent d’Angleterre et qui va superviser et jouer un rôle déterminant dans la mise en place des constitutions rédigées par James Anderson. Ces dernières seront validées en 1723.

Mon propos de ce soir n’est pas de retracer en détail l’histoire de notre Ordre. Chacun d’entre nous, mes TTCCFF, a certainement suffisamment de livres dans sa bibliothèque qui racontent abondamment et en détail ses origines...

Non, ce soir c’est ma dernière St Jean d’été en tant qu’Orateur de notre Loge. A ce titre, j’aimerais vous livrer des réflexions personnelles et profondes sur ma perception du sens de la recherche de la Vérité au sein de notre alliance.

Pour cela, je ne vais pas me priver d’utiliser le fameux langage volatile des alchimistes et des bâtisseurs anciens, « la langue des oiseaux. » Langue qui nous assiste dans la recherche de la séparation du subtil de l’épais !

Je vais donc tenter d’aller avec vous à l’essentiel – c’est-à-dire à l’essence du ciel de la quête!

Au sein de notre Ordre, depuis sa fondation, nous travaillons principalement avec des symboles. En fait : de manière simple et directe avec deux catégories de symboles. Ceux empruntés à l’enseignement d’Hermès Trismégiste qui donnera naissance à l’Alchimie et à la révélation aux Hommes de la force trinitaire du Grand OEuvre. L’autre, au compagnonnage des bâtisseurs des Anciens Devoirs qui tire son enseignement dans les racines du mythe de la construction du Temple de Salomon et de son architecte Hiram.

Celui là même qui organisera les premières corporations ouvrières en les étalonnant sur les trois étapes de l’accomplissement de l’Art Royal, c’est-à dire l’apprentissage, le compagnonnage et la maîtrise.

2

C’est la force trinitaire ou nos Trois Grandes Lumières symbolisées chez nous par l‘équerre (la matière), le livre sacré (l’émotion) et le compas (le spiritus).

Nous sommes là bien en présence du nombre Trois qui est professé depuis la nuit des temps aux Hommes pour leur montrer le chemin qui mène des Ténèbres à la Lumière et à l’Amour. Nous en avons plusieurs autres exemples encore. Chez les Egyptiens, c’était bien Osiris le père, Isis, la mère et Horus le fils. Dans les Andes, nous avons le serpent qui représente Gaia, le puma - l’émotion et le condor - l’esprit. Dans le christianisme avant qu’on ne s’avise de trafiquer la parole du Maître Jeshua on disait : au nom du Père de la Mère et du Fils... c’est juste admirablement expliqué et sculpté sur le narthex de la première cathédrale templière de France, celle de Strasbourg !

De ce fait si nous sommes FM et réunis ce soir, ensemble, dans la fraternité pour célébrer la Saint-Jean d’été, c’est que nous avons tous ressentis en nous qu’un petit quelque chose cloche...? Le ressenti d’un manque ? – le besoin de rechercher peut-être ce qui a été perdu ? L’Unité. Le UN de la Source Originelle....

Les alchimistes l’expliquent d’une façon assez simple : ils nous disent qu’un jour, d’un point central immobile, il y a eu, pour une raison indéterminée, un fractionnement qui mènera au deux, à la création des Ténèbres et son opposé, la Lumière. Ensuite il y a eu d’autres fractures et la subdivision de l’Univers en dix mondes... Ce qui veut dire que l’Homme, dans cet Univers en expansion, se retrouve lui aussi fragmenté.

Après cela, on peut en déduire que la quête de l’Humain, c’est la recherche du point commun (comme Un) et que « l’incompris » deviendra l’Un compris !

Pour entamer cette poursuite du Graal, il faut en tout premier en éprouver « l’envie » inextinguible. Pour cela, il faut être En Vie !

Dans la FM nous avons le privilège Unique de disposer de beaucoup d’indices pour y parvenir. La Saint-Jean d’été nous en donne un premier : Helios le soleil est au zénith mais, il est immobile et aligné. On se rappelle que dans la mythologie grecque, Apollon foudroie Helios et pour le punir de ce méfait, Zeus condamne le dieu à tirer éternellement le char du soleil dans le ciel. Ainsi sont nés les rayons !

Pour nous, un rayon est bien l’indication de direction d’un centre qui est, lui forcément immobile. Dans notre cabinet de réflexion, rempli de symboles alchimiques, nous y trouvons entre autre le coq, animal volatile associé à la Lumière. C’est également le gallinacé qui symbolise la terre de la Gaule, de la

3

Galicie, terre de la pierre dont la racine est le mot gale. On peut démontrer que le coq symbolise à la fois la Lumière et la Matière (l’âme à tiers). Alors la question qui en découle naturellement...Si 1/3 de l’âme est dans la Matière il y a forcement 2/3 qui sont ailleurs... ?

Là, j’en voit certains d’entre vous très interrogateurs ! bon ce soir, rassurezvous, j’aimerais simplement rester ni dans le naturel ni devenir surnaturel, mais vous emmener petit à petit dans ce que notre TCF Patrick Burensteinas défini comme « la réalité non ordinaire ! »

Heureusement pour nous, pour retrouver ces 2/3 d’âme, nous avons encore d’autres signaux à décrypter dans notre cabinet de réflexion.

Une invitation, tout d’abord. Avec l’inquiétant acronyme VITRIOL qui nous rappelle qu’en visitant l’intérieur de la Terre (donc de nous-mêmes) si nous nous rectifions, nous allons trouver une pierre cachée. On y aperçoit encore un crâne et deux tibias qui disent au pauvre terrien que je suis : t’es rien !

Mais, surtout qu’il va te falloir mourir pour renaître à autre chose. La mort – l’âme hors – ou si on épelle la MORT: aime – l’eau – l’air – et la terre dont le feu est parti ! Cela reste d’ailleurs ancré dans l’imagerie populaire, lorsque quelqu’un est décédé, nous disons encore aujourd’hui: feu untel !

Autre piste : il y a encore les mystérieux petits pots contenant du sel, du soufre et du mercure. Le sel (le corps), le soufre (l’émotion), le mercure (le spiritus). Il y a là un appel à rassembler ce qui est épars en nous et ce dans l’ordonnancement suivant : Le sel du corps va aider à la purification du soufre, de l’émotion ; extirper la souffrance du monde de l’illusion que l’on se construit soi-même,(soufre en ce). Cet équilibre mènera à la noce chimique du coeur et de l’esprit, le souffre et le mercure en Equilibre. De là va naître un nouvel Etre ?!

Pour certains c’est la Pierre philosophale, pour d’autres le GRAAL...

Pour l’expliquer de manière moins hermétique et plus simplement : la première étape c’est extirper de soi la pensée automatique, l’Ego. Purifier la matière, c’est l’oeuvre au noir alchimique. Cela permet de passer à la deuxième étape : l’oeuvre au blanc. Le développement de la Conscience qui n’existe que dans l’instant présent, c’est la Lumière. La troisième étape, c’est l’achèvement du Grand Trigone d’Or intérieur, la réconciliation des ténèbres et de la lumière, c’est l’oeuvre au rouge. C’est l’Amour inconditionnel porté au Vivant.

C’est en sortant du cabinet de réflexion avec tout ce bagage juste alors

entrevu, que nous tous, comme impétrants, avons été initiés dans le Labor du Temple et accueillis ensuite dans l’Oratoire de la salle humide.

4

En moi, cela a créé la soif de la quête, aiguisé la question de Connaitre « qui suis-je, d’où viens-je, où vais-je ? » Pour cela, je me suis dit que je devais être FORT, c’est-à-dire être purifié et comprendre les quatre éléments en moi: feu - eau – air - terre ! C’est FORT de cette approche que j’ai pu entrevoir la « quintessence », l’essence du cinq, le Point central, le Point immobile.

L’abscisse de la Conscience Réalisée.

Postérieurement, se profile la maîtrise et je convie, en ce magnifique soir de solstice, les apprentis et compagnons à « persévérer » : percez et vous verrez en direction du centre ! Et un jour, vous deviendrez Maître, c’est-à-dire celui qui aime Etre !!!

Bien entendu on peut aussi rejeter cette approche, mais on a tous déjà

constaté que, celui qui reste ancré dans la Matière à toujours besoin de

preuves, c'est pourquoi il reste dans l'épreuve! Et finalement c’est tant pis pour lui!

Voilà ce qu’en tant qu’Orateur « consciencieux », conscient des cieux, je voulais vous transmettre ce soir. Cela peut paraître un peu ardu mais en oeuvrant tous ensemble dans une entraide de prospérité et de bienfaits mutuels, chaque F. peut prendre individuellement son destin en main...

Destination Un !

Pour cela, il faut accepter en soi que la « magie » existe car, l’âme qui agit existe !

A tous mes TTCCFF je souhaite une magnifique fête de solstice !

V.M et vous tous mes TTCCFF j’ai dit !

Frère Thomas B.

Orateur

 

Accès privé

login